Côtes du Roussillon Hélios 2013 - Dom Brial

Millésime 2013: Ne tirons pas sur l’ambulance…

Millésime 2013: Ce qui pourrait faire croire à un désastre généralisé

Quels que soient les sphères dans lesquelles on les rencontre, raccourcis et amalgames font hélas partie de notre quotidien. En matière de vin, ils peuvent provoquer des effets désastreux, craints par l’ensemble d’une filière viticole qui représente, rien qu’en France, plus d’un demi-million de personnes. C’est dire si l’enjeu est de taille. Les commentaires réducteurs incendiaires rencontrés ces derniers mois se révèlent donc aussi inadéquats qu’irresponsables. Il est essentiel d’y apporter les nuances justifiées par les caprices d’une météo qui, par définition, ne peut agir partout avec les mêmes effets.

Le millésime 2013 est un exemple éclairant, une cible de choix pour ce type de raisonnements. Rangé au rayon de l’infamie à la vitesse de l’éclair (l’expression s’impose, vous comprendrez plus loin), il a su courageusement démontrer au cours des récentes dégustations qu’il est sage de se pencher de plus près sur son berceau, ceci n’empêchant nullement la rigueur et l’engagement dans les commentaires. Je vous le concède, évoquer cette année maudite par beaucoup, c’est prendre son bâton de pèlerin et accepter de faire face à une réalité bien délicate et aux doutes qui en découlent.

Coulure, millerandage...

Coulure, millerandage…

Rapidement réduit à une image dépressive inhérente à une météo calamiteuse presque généralisée lors de plusieurs phases cruciales du cycle végétatif de la vigne (dès le printemps en fait…), et notamment à Bordeaux qui pèse lourd dans la balance d’influence au moment où la sentence résonne, ce millésime extrêmement chahuté a su apporter des enseignements diversifiés selon les régions. Coulure, millerandage, mildiou, défauts de maturité, grêle, pourriture grise… Rien n’a été épargné aux vignerons dans ce millésime 2013. Plus que jamais s’impose la nécessité de faire preuve de discernement et de ne pas mettre tous les grains dans la même cuve…

Les frappes célestes ne se sont pas exprimées unilatéralement, accablant certains secteurs comme rarement et laissant les autres se débrouiller avec des conditions souvent mitigées. Les exceptions sont rares mais elles existent. Et puis, n’oublions jamais cet élément fondamental: c’est dans ce type de contexte que se révèlent les meilleurs vignerons et les créateurs de vins les plus doués et intuitifs.

Restons positifs… et solidaires des vignerons

Orages de grêle à Vouvray - 17 juin 2013

Orages de grêle à Vouvray – 17 juin 2013

Certes, dans de trop nombreuses zones, le froid fut tenace, les pluies abondantes et la grêle dévastatrice dès le printemps et souvent au moment des vendanges (les deux pires moments). Mais excepté le cataclysme irréparable provoqué par les orages de grêlons, la vigne possède de nombreuses ressources et le talent des acteurs de la vinification ne manque pas pour lutter contre les coups du sort climatiques.

Ce millésime tant décrié est le leur et ceux qui ont tiré leur épingle du jeu dans de telles conditions méritent plus que jamais notre respect. Dans de nombreux cas, ils ont redoublé d’efforts et en ont été récompensés. Acheter du 2013, c’est aussi rendre hommage à leur travail et acquérir des flacons qui, s’ils ne possèdent pas de grands potentiels de conservation, n’en restent pas moins des crus qui peuvent être intéressants, gorgés de fruit et rapidement accessibles. Tout le monde ne s’en plaindra pas.

Pour autant, toutes les régions n’ont pas bénéficié d’un sort céleste identique. Afin de garder le moral, cap cette année prioritairement sur la vallée du Rhône et le Languedoc Roussillon, deux régions globalement épargnées par le froid et les pluies malvenues. Dans certains secteurs, les dégustations ont révélé des qualités exceptionnelles, véritables rayons de soleil illuminant un tableau qui affiche triste mine, à l’heure où la France peine à accorder à un de ses plus flamboyants fleurons culturels la place (et la protection) qu’il mérite.

vignoble de cucugnan, entre languedoc et roussillon

Cucugnan, entre Languedoc et Roussillon – © V. Roelandt

Les tristes sires de l’Anpaa

Ce pays ne va décidément pas bien. La croisade contre le vin menée avec la complicité et le soutien de l’Etat met lourdement en danger non seulement l’équilibre d’un secteur majeur de son économie mais aussi une part non négligeable de son patrimoine culturel. C’est un signe des temps.

Une voie béante s’ouvre dès lors à l’hygiénisme radical incarné par la surpuissante Anpaa (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie), presque intégralement financée par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, les vignerons se regroupent et commencent à s’organiser pour ne plus courber l’échine sans réagir. Leurs moyens sont malheureusement sans commune mesure avec ceux de leurs adversaires. Le vignoble en a vu d’autres et la résistance est en marche. C’est l’essentiel.

Et nous, que pouvons-nous faire? Acheter, pardi! Mais pas n’importe comment, n’importe quoi ni n’importe où… C’est l’objectif poursuivi par les publications de cette semaine qui évoqueront les secteurs à rechercher dans vos achats. Ceci pourra nourrir vos discussions avec les acteurs de la vente de vin. Parmi eux, et c’est encore plus essentiel dans le contexte d’un millésime délicat, les cavistes restent les interlocuteurs à privilégier. Associée au plaisir de l’échange, la sécurité d’un achat judicieusement choisi vous attend. Que demander de plus?

Au menu de cette semaine, les caractéristiques du millésime 2013, région par région

Au cours des prochains jours, je vous propose de passer en revue les destins contrastés que cette année si délicate a réservés aux différentes régions de l’Hexagone… Vous trouverez dans les publications quotidiennes qui suivent celle-ci quelques impressions que m’ont laissées les dégustations, rencontres dans les domaines et discussions avec les vignerons. Tout ceci est bien sûr à considérer comme un focus ponctuel susceptible d’évoluer au cours du temps. Mais les balises sont là, suffisamment éclairantes pour nous aider dans nos choix.

Vignoble de Château-Chalon, dans le Jura

Vignoble de Château-Chalon, dans le Jura – © V. Roelandt

– Demain, nous examinerons la façade Est de l’Hexagone, évoquant le sort réservé à l’Alsace, au Jura et à la Savoie.

– Mardi, nous descendrons en Bourgogne et naviguerons au fil de ce fleuve-roi qu’est la Loire.

– Mercredi, en route pour l’Aquitaine. Le Bordelais et le Grand Sud-Ouest seront à l’honneur.

– Jeudi, cap vers le sud, de la vallée du Rhône à la Méditerranée, jusqu’aux frontières catalanes.

– Et enfin vendredi, nous tenterons de synthétiser et de conclure (provisoirement) ce tour d’horizon.

A demain pour les premiers conseils !

Q.