logo QUITOU.TV

Projet QUITOU.com… Et maintenant?

QUITOU.comJuste des envies d’encore disais-je…

Rappelez-vous, un précédent billet retraçait les coulisses de l’évolution du projet QUITOU.com jusqu’au tournage des premières vidéos. Avant de poursuivre, si vous le désirez, vous pouvez le découvrir ici.

Que s’est-il passé depuis ? Du vin a coulé sous nos ponts pendant le millésime 2015. Beaucoup de vin… La confiance qui nous portait au départ a vaillamment fait face à la réalité du marché, parfois bien éloignée des attentes des rêveurs que nous sommes (et resterons)…

Mise sur le marché des premiers packs

Pack Quitou.com

Pack « Visages du chardonnay  »   © Quitou.com

Ce fut à la fois excitant et stressant. Il a fallu construire le site internet, sans grande expérience et avec les moyens du bord. Le défi était de le rendre utilisable le plus rapidement possible afin de permettre aux visiteurs d’y faire leur choix intuitivement et sans complications. L’objectif fut atteint et la période des fêtes se révéla idéale pour nous confirmer la réelle adéquation entre notre offre et la notion de cadeau. Premières ventes, soulagement, retours positifs, quelques soucis logistiques également, des suggestions au détour de la boîte mail, des critiques aussi, constructives pour la plupart, heureusement…

Nos premiers packs de découverte du vin et de la dégustation étaient en vente. Depuis leur domicile, les utilisateurs pouvaient commencer à « jouer le vin » avec Quitou, par une dégustation concrète assistée par vidéo. Les mois de décembre et janvier furent riches en enseignements. Parmi ceux-ci, la satisfaction des utilisateurs, porteuse d’énergie pour les mois qui allaient suivre.

En quête de notoriété

Assez rapidement pourtant, l’écueil du déficit de notoriété démontra sa force. Nous étions quelque peu tiraillés, encouragés par les retours et les ventes qui étaient intéressantes, insuffisantes toutefois pour supporter le financement que tout projet entrepreneurial exige pour poursuivre son développement. Puisque l’accueil du marché se montrait favorable, nous nous sommes posé l’épineuse question du catalyseur de notoriété. Comment se faire connaître sans dépenser des sommes conséquentes (que nous n’avions pas/plus) pour des campagnes médiatiques qu’on sait coûteuses et pas toujours efficaces ?

Pour nous, et nous l’avons assez vite compris, pas d’accès possible aux médias audiovisuels. Je profite de l’occasion pour remercier Marc Vanhellemont pour son coup de pouce dans la rubrique du Soir. La surprise passée, le titre choisi « Le vin en pantoufles » avait fini par me séduire…

En Belgique, en matière de vin, les personnes ressources susceptibles d’intéresser les décideurs des principales chaînes radio et télévisées se limitent à 2 ou 3 personnalités. Sans diminuer l’incontestable mérite de ces experts, nous ne pouvions que regretter ce quasi-monopole et avons découvert la difficulté engendrée par la volonté de se faire connaître auprès d’un plus large public sans vider nos réserves.

Pourtant, après avoir vécu l’expérience des tournages en studio pour nos premières capsules, je me sentais prêt à affronter d’autres caméras pour exposer au grand public l’esprit qui nous anime et les grandes lignes de l’offre que nous avions confrontée au marché. Ce constat d’impossibilité (temporaire ?) établi, il a donc fallu envisager d’autres stratégies.

Tournage vidéo Quitou.com

© Quitou.com

Parallèlement, j’étais extrêmement motivé à l’idée de tourner de nouvelles capsules et bouteilles pour illustrer d’autres thèmes de l’univers de découverte du vin de QUITOU.com.

Comme précisé dans le précédent billet, le résultat technique somme toute assez professionnel atteint par les premiers tournages n’a pas voilé ma propre difficulté à m’adapter à un studio virtuel tout compte fait assez froid et aseptisé. Je ne m’y suis pas suffisamment senti proche de celles et ceux avec qui je souhaitais vivre une expérience de dégustation. Au sein de l’équipe qui nous a accueillis, personne n’en est responsable. De plus, les tournages en studio pro nécessitaient des moyens financiers que l’état de nos finances ne pouvait supporter sans un financement extérieur qu’à ce stade, nous pensons prématuré.

Dont acte.

L’étape suivante

Les objectifs pour l’étape suivante ont progressivement été clairement définis. Faire connaître au grand public les coulisses de notre « matrice », cet univers de découverte individualisée du vin, personnalisée en fonction des centres d’intérêt, motivations et compétences de chacun.

Que comprend-elle ? Près de 300 thèmes de capsules, reliés entre eux par des liens de force et de complicité permettant à l’aventurier du vin qui sommeille en beaucoup d’entre nous d’entrer dans le monde du vin à son rythme et par le jeu de la dégustation, par la porte qu’il choisit et non par le programme imposé des cycles de cours classiques. Tout ça en dégustant tranquillement installé chez soi, seul, en couple, en famille ou entre amis. Et en découvrant des vins susceptibles de garnir sa cave, leur plage de dégustation et les accords gourmands qu’ils appellent.

Matrice Quitou.com

© Quitou.com

Vous n’aimez que le vin blanc mais vous hésitez au moment du choix ?

Vous souhaitez apprendre à déguster à votre rythme ? Parler simplement du vin ?

Vous appréciez le chardonnay et souhaitez en savoir plus sur ce cépage ?

Les vins du Nouveau Monde vous intéressent ? Comment les découvrir ?

Vous aimez le Chablis et désirez découvrir les différents visages de cette appellation ?

Vous partez en vacances dans le Languedoc et aimeriez découvrir le style des vins de cette région ?

Certains vins rouges vous plaisent et d’autres pas ; vous apprécieriez de comprendre pourquoi ?

Associer vins et mets s’apparente à une épreuve pour vous ?

Tout cela, entre autres, nous souhaitons vous le faire découvrir.

Le double défi qui se présente à nous est donc de se faire davantage connaître tout en montrant un plus large aperçu de l’expérience que nous souhaitons partager avec les consommateurs désireux d’en savoir plus sur le vin. Quant aux moyens audiovisuels envisagés, ils doivent eux aussi répondre à double exigence : offrir un résultat technique professionnel tout en maintenant un cadre de tournage convivial et évitant une trop grande sophistication. Bref, un environnement favorisant la simplicité et le rapprochement, le tout à budget accessible et permettant de tourner suffisamment de capsules pour offrir un choix suffisant dès le début de l’aventure pour l’utilisateur.

Nous avons testé une approche vidéo différente, avec des moyens plus simples et par définition moins coûteux mais offrant un résultat professionnel. Le test a été effectué sur la dégustation d’un vin et non un thème « pédagogique » de la matrice évoquée ci-dessus.

Notre premier focus a porté sur un vin de saison, susceptible de réchauffer nos papilles par ces froideurs hivernales, un malbec argentin né en Altitude, dans la province de Mendoza, sur les premiers contreforts de la Cordillère des Andes. Qu’en pensez-vous? Votre avis nous importe, n’hésitez pas à nous communiquer vos impressions, observations, attentes ou suggestions.

Partenariat

Parallèlement, d’autres opportunités d’accompagnement des consommateurs dans leur découverte du vin se sont présentées. Nous explorons actuellement celles qui permettront à la fois de faire connaître notre concept et de tester différentes approches d’accompagnement de l’amateur de vin, averti ou non. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’évolution de ces perspectives, qui prennent aujourd’hui un visage de plus en plus concret.

Notre objectif est aussi de présenter de plus en plus de vidéos dégustation et conseils en accès gratuit. Si vous souhaitez être tenus au courant des nouvelles mises en ligne de nos capsules vidéos, n’hésitez pas à vous abonner à notre chaîne YouTube « QUITOU.TV ». Vous serez avertis par mail de chaque nouvelle publication.

logo QUITOU.TV

A bientôt donc, pour la suite de nos aventures partagées autour du vin !

Q.

Caméra du studio de Keywall

Il y a un an… le On et le Off

QUITOU.com

Pose des fondations de Quitou.com

A vous tous qui avez suivi l’évolution de notre projet, je dois aujourd’hui quelques explications transparentes, sous forme d’éclaircissements sur le passé et de perspectives de développement envisagées pour les mois prochains. Dans la frénésie des envolées du lancement de QUITOU.com, un arrêt sur image donc, salutaire peut-être, nécessaire certainement.

Ce billet porte un regard sur ce qui a été vécu et partagé, en équipe et avec vous, depuis un certain temps déjà. Le suivant nous projettera résolument vers ce qui se profile.

Il y a un an donc…

Nous étions dans le tourbillon du lancement de notre concept. A ce moment, les nuits sans sommeil et leurs noirceurs inspirantes faisaient mon quotidien, les lumières d’espoirs de l’aube aussi, parfois. Il y a eu encore, sournoise, l’indispensable fragilité des certitudes fugaces ou, surgissant sans effet d’annonce, la puissante force motrice permise par l’identification des faiblesses révélées.

Où suis-je ? Quel tourbillon que ces mois expirés ! Tant de rencontres. L’amitié naissante ou entretenue, l’ouverture à des mondes qui m’étaient inconnus et aux gardiens de leurs temples. Le vin, omniprésent, si souvent venu dans nos verres avec le sol qui l’a porté, le raisin bichonné qui lui a donné vie, l’homme qui l’a ensemencé, rêvé puis accompagné. Les échanges qu’il permet. Les espoirs qu’il offre sans compter et de temps à autre aussi, les déceptions engendrées par des attentes surdimensionnées ou des rêves sensoriels incapables de toucher la réalité.

On avance, au fil des jours. L’équipe se resserre et fait face aux impatients, solidaire. Tu sors quand de ton bois, Quitou ? Tes sourires énigmatiques ne suffisent plus. Au fil des mois, au gré des rencontres, les questions se font plus rares, certains regards gênés ne peuvent voiler le doute qui s’est installé. Y arrivera-t-il ? Poursuivre pourtant, oublier la fatigue et extraire l’énergie dans un puits de ressources insoupçonnées.

Aller trop loin, parfois. Puiser trop profond, viser trop haut. Trébucher et s’en sentir bien. Filer dans le vignoble, seul ou entre amis et s’apaiser en recontactant les hommes de la terre et du vin.

Et puis, dans la foulée, une question, lancinante : Comment rassembler davantage, partager, donner envie, présenter des clés de lecture et avant tout, exploiter ce qui reviendra ? Comment poursuivre les semailles entamées il y a si longtemps ? Des vidéos, bien sûr, pour toucher large, ça paraît si simple. Suffisait d’y penser… Mais comment recréer l’échange avec une caméra, dans un studio qu’on sait par nature aseptisé ?

Chercher, pour le fond et la forme, à expliquer en quelques instants ce que nous souhaitons faire…

Alors, il y eut ceci, réalisé par Dreamwall :

L’ombre du studio se rapproche

La phase opérationnelle du test était lancée… Les journées se prolongeaient souvent bien tard.

Rentrer dans le silence de la nuit de réunions interminables, surprendre mon fidèle petit compagnon nocturne devant la porte, un minuscule hérisson à peine éclairé par une lune souvent blafarde. Se sentir totalement incapable de s’allonger sans transition, lire alors ses mails accumulés au rythme du seul crépitement des gouttes sur la vitre. Solitudes nocturnes apaisantes. Répondre, imaginer, écrire, préparer les post-it sur la table de chevet au cas où, pendant la nuit, un éclair…

Se dire qu’il est tard mais qu’on est vivant. Vibrant.

En posant ces mots, je pense avec tristesse à toutes ces familles parisiennes récemment endeuillées de la pire façon. Retentissent alors en moi ces implacables mots d’Aragon : « Certains jours, j’ai rêvé d’une gomme à effacer l’immondice humaine… »

Je réalise aussi, dans le climat de peur communautaire et de tentatives d’intimidation issues de la barbarie, le privilège ressenti à pouvoir encore réfléchir à mes propres perspectives.

Reprenons. Subir sans rechigner tant de sursauts nocturnes faisant surgir des idées subitement devenues essentielles, qu’on démontera pourtant le lendemain d’un éclair de lucidité.

Le temps a parfois installé des doutes, porteurs d’humilité ; jamais l’envie n’a faibli.

Les proches se sont accrochés, comme ils ont pu. Ils ont eu du mérite. Les réserves en tous genres faiblissent de partout mais qu’importe, le cœur du projet est en fusion progressive. Des énergies se mobilisent, des talents se révèlent. Les perspectives s’ouvrent mais surtout, surtout, ne pas s’emballer.

Apprendre à vivre progressivement à l’ombre de ses propres espoirs ou craintes. Avancer, doucement et en s’écoutant, sans doute autrement.

Silence, on tourne!

Enfin, au terme de longs mois passionnants à vivre vient le jour du grand rendez-vous avec la caméra.

Mais dieu que ce studio pourtant suréquipé et si bien préparé est froid… Où sont les bruits familiers de nos soirées à thèmes ? Les chuchotements de coins de table, les questions murmurées par crainte de moqueries, les regards inquiets de ceux qui se demandent où ils sont tombés, les interpellations assurées des cadors qui savent tout, les émotions intransférables de chacun devant la force du verre, les éclats de rire contagieux et le sentiment de rentrer, en début de nuit, fatigué mais léger, alourdi par la charge affective du vécu partagé ?

Tu es là, dans cet étrange endroit technologiquement impressionnant, qui te laisse croire qu’il peut faire des miracles. Et soudain, tu te sens si petit.

studio Keywall

Studio Keywall – © Quitou.com

Presque hagard, tu te sens venu d’une autre planète. Les efforts de ses autochtones pour te mettre à l’aise sont aussi méritants qu’inutiles. Rien à leur reprocher. Alors bien sûr, au moment fatidique, tu hésites, tu joues un autre toi, trop de choses à dire, le cœur déborde et les mots s’emmêlent car tout a été trop longtemps inhibé, enfermé. L’envie prend le visage d’un tsunami vinaire. Naturellement, parce qu’il n’y a pas d’autre issue, se précipiter, bafouiller, ne pas se reconnaître, s’énerver, détester sa voix, attendre sans en avoir le temps que le mouvement s’inverse.

Tenter sans véritable succès l’apprivoisement de cet œil froid qui t’observe. Lui parler, d’abord d’un ton de présentateur vraiment très amateur puis, parce qu’il est impossible d’empêcher la passion de suinter, commencer à se retrouver, se relâcher avec le thème, laisser tant que possible le vin conduire le script, jouer avec les sens.

Ne nous emballons pas, rester globalement plutôt tétanisé par cet environnement glacial.

Tes soutiens sont présents, mais de l’autre côté du mur, en régie, là où on s’agite au milieu des boutons, guettant les écrans, craignant la faille, la chute, la nécessité de tout reprendre.

Penser à lui, au milieu du tumulte. Est-il fier ? Inquiet ?

Quitou, si tu veux t’en sortir, écoute le conseil de ton ami complice parisien, imagine que là-bas, à l’extrémité de ce robot mobile qui te met en boîte, c’est Angèle à qui tu parles, ton p’tit bouchon qui te sourit, ton ami qui suit tes efforts et gesticulations, l’évolution de ton projet, de là où il s’en est allé sans préavis.

Puis quelques montées de sève parfois, non printanières celles-là. M’énerve ce type, avec ses refrains répétés, bien que je sache qu’il est bon et que techniquement, on peut lui faire confiance.

Pourtant, à cet instant, le doute s’est infiltré…

Régie des studios Keywall

Régie des studios Keywall – © Quitou.com

Un monde virtuel, si éloigné du mien

Me laisserez-vous le temps, monsieur le réalisateur ? Le temps d’hésiter, de reprendre souffle lorsque le vin a parlé ? Le temps de laisser venir les mots ? Le temps d’apercevoir les visages amis envahir la fenêtre de l’objectif ? Le temps d’oublier votre voix métallique qui assène : « quatre, trois, deux, on respire, on sourit et on y va ? Le temps de prendre le temps, sans pression ?

Aucun coupage, tout d’une traite. J’enrage intimement, ce n’est pas ce qu’on m’avait dit. Le sol se dérobe mais faut y aller quand même et tenter de se convaincre, si possible, qu’il ne s’agit pas d’un combat. Ou alors, si c’en est un, qu’il ne s’exprime que vis-à-vis de soi.

Jamais eu le vertige dans mes montagnes mais là, au niveau de ce si beau studio, tout s’emballe et commence à frémir. Des fourmis dans la tête. Ma ligne verte.

On tourne, enfin… Pas mal mais c’est trop long, beaucoup trop long. La désillusion est grande. J’étais préparé mais pas à ça. C’est décidé, on reviendra dans quelques jours, le temps d’une taille sévère et d’un affinage du message. C’est ma vendange en vert, bien que cette couleur me sort de partout depuis peu.

Nous y sommes revenus, plus tard, autrement. La caméra a tourné, sans frémir, elle.

Et ce jour-là, allez savoir pourquoi, tout s’est un peu mieux imbriqué. Je n’étais ni meilleur ni moins bon ; j’étais fatigué. L’accès à une forme de relâchement était-il à ce prix?

En cette soirée du 3 décembre 2014, sur la route du retour après une après-midi de tournage qui avait défilé à une vitesse stratosphérique, dans le cocon vaporeux qui me tenait encore lieu de cerveau, ce qui peut sembler anodin pour beaucoup avait pris le visage d’une renaissance, d’une chrysalide. Je commençais à m’entendre avec la caméra. Restons calme, pas encore le grand amour mais tout de même, quelques symptômes encourageants. Disparition des regards suspicieux et possibilités d’apprivoisement respectif en perspective.

Ce jour-là, dans l’esprit des fêtes, j’avais abordé en parallèle deux visages du monde effervescent, le cava et le champagne.

Dans les studios de Keywall, nous avons réalisé ceci…

Dans les semaines qui ont suivi, mettre en contact le public avec nos vidéos dégustation. Écouter les retours le plus objectivement possible. Vendre nos packs découverte et voir les premiers deniers rentrer. Il était temps… La passion est nourricière mais elle ne remplit pas toujours notre assiette.

Puis imaginer la suite. En collectant un maximum de feed-back. Il y a tant encore à écrire et c’est bien comme ça. La semaine prochaine, je me tournerai vers nos perspectives, nos projets et parce qu’ils sont intacts, nos rêves d’élargissement en termes de partages et de découvertes autour du vin. Rêves à faire cohabiter avec la réalité financière qui contraint souvent les passionnés à faire preuve de sagesse.

Je saisis l’occasion pour vous remercier, vous tous qui avez, de près ou de loin, porté ce projet par vos encouragements et partages autour de vous. C’est avec vous que nous allons poursuivre, modéliser, certainement un peu différemment, mais sans détournement de notre objectif et de nos envies.

Pour tout ce temps passé cette année à aller à votre rencontre, aucun regret. Juste des envies d’encore.

Q.

 

Une idée de cadeau originale pour vos fêtes? Pour retrouver nos packs, encore en vente actuellement, c’est ici

2014-10-12

Sans vous, rien ne serait arrivé

QUITOU.com

Une longue gestation

Il y a quelques semaines, je vous annonçais une naissance prochaine, celle de QUITOU.com. Aujourd’hui, après un travail un peu plus long que prévu, la situation s’est, osons le mot, fortement décantée : le bébé est bien né.

Par manque d’imagination ou par frilosité, j’ai longtemps considéré qu’il ne restait plus beaucoup d’espace pour l’innovation dans le monde du vin. Un univers pourtant fort cloisonné, qui place les amateurs – connaisseurs ou non – face aux experts, dans une relation de dépendance significative. Un monde somme toute assez figé, malgré les initiatives sporadiques prises çà et là pour tenter de le sortir de ses schémas classiques, tant de fois explorés et revisités.

post-it

C’est finalement de ce constat qu’est née l’idée d’un rapprochement. Celui du vin et de ceux qui le consomment, non pas dans l’univers codifié omniprésent qui en décourage plus d’un mais dans une nouvelle approche qui a pour objectif de rendre la découverte et le partage des charmes de Bacchus accessibles à chacun, en toute flexibilité et de manière personnalisée. Il fallait encore mûrir cette idée, poser des choix parfois difficiles, modifier ce qui semblait acquis, renoncer à certaines évolutions, modéliser le concept…

De longs mois ont été nécessaires et la phase de lancement est aujourd’hui engagée. L’aventure peut maintenant se poursuivre, mais pas sans vous.

QUITOU.com vous rapproche du vin

Quels que soient la cible de votre intérêt pour le vin, le temps et les moyens que vous souhaitez lui consacrer, vos besoins ou même votre désarroi, vous êtes susceptibles de trouver votre place au sein de l’expérience QUITOU.com.

Le vin ne devrait être que partage, convivialité et prétexte à peine déguisé pour se retrouver, en famille ou entre amis. Un des enjeux essentiels, me semble-t-il, réside alors dans l’opportunité de découvrir de nouveaux horizons de dégustation, tant dans la forme que dans le contenu, et de mieux comprendre ce que nous consommons pour mieux le connaître. Faire de nous des acheteurs différents, plus avertis sans pour autant être de fins connaisseurs.

Cette approche-là peut permettre une rencontre de chacun d’entre vous avec le vin, débarrassée des freins habituels.

degustation vin blanc

© Véronique Roelandt

QUITOU.com vous accompagne dans la découverte

Pour y parvenir, quelques clefs sont indispensables. Il s’agit simplement d’accepter de se laisser accompagner dans ce chemin de découvertes, tout en accordant la priorité à ses envies et choix personnels. J’ai la conviction que c’est dans l’ordre du possible, même si le défi paraît de taille.

C’est là que nous pouvons peut-être nous rejoindre. Depuis de nombreuses années, un plaisir sans cesse renouvelé m’envahit lorsque je guide ceux qui le souhaitent dans l’appropriation de leur propre chemin avec le vin. Pas celui que quiconque a décidé pour eux. Le leur. C’est l’essence même de la réflexion qui est à la source de QUITOU.com. Comment permettre au plus grand nombre d’accéder à l’univers si vaste du vin et de la dégustation de manière vivante, personnalisée et surtout, désacralisée ?

QUITOU.com

Les perspectives du concept QUITOU.com

Notre concept vise à répondre à cette question. Nous ne sommes qu’à l’aube de son développement, avec toutes les imperfections qui en découlent et perspectives possibles. Ce projet me tient énormément à cœur car il est vecteur de rassemblement autour du vin tout en se plaçant à la portée de tous. L’expérience que vous en retirerez et son partage nous seront bien utiles pour le faire évoluer, et nous permettre de répondre d’encore plus près à vos attentes par ses futures extensions.

Si vous en avez l’envie et l’occasion, n’hésitez pas à partager avec vos proches et amis l’annonce de cette naissance qui est l’aboutissement d’une longue maturation d’idée. Un projet d’entreprise, c’est vrai, mais aussi et surtout un projet personnel, dont l’émergence n’aurait jamais pu avoir lieu sans le soutien inconditionnel, empreint de patience et de confiance de ma compagne, et le précieux et indispensable apport de deux co-fondateurs et amis.

Sans eux, rien de tout cela ne serait arrivé.

Sans vous, pas davantage.

Avec vous et le vin, tout ou presque est possible.

Je vous propose aujourd’hui de découvrir cette approche nouvelle d’un monde qui a trop longtemps maintenu à distance ceux qui le font vivre, les consommateurs.

Nous vous attendons avec plaisir et impatience sur www.quitou.com

La vidéo en accès gratuit est déjà cliquable sur le site. Elle a pour objectif de désacraliser le jeu de la dégustation, de le rendre accessible et de vous donner l’envie d’aller un peu plus loin. Généraliste, donc par corollaire forcément incomplète, elle permet d’approcher certains aspects du thème. Sa forme et son contenu constituent nos premiers élans, perfectibles par nature. Deux vins y sont mis en scène, disponibles également sur le site.

Deux autres capsules sont prêtes et ceux qui ont choisi de les acquérir, avec les vins qui les accompagnent, y auront très rapidement accès.

Merci déjà à tous ceux qui ont choisi sans attendre de nous faire confiance en commandant leurs premiers packs. Nous attendons les autres pour agrandir notre communauté d’épicuriens décomplexés.

dégustation vin rouge

© Véronique Roelandt

Vous cherchez une idée originale de cadeau pour les fêtes de fin d’année ? Raison de plus pour nous rendre visite.

L’aventure se poursuit, nous sommes déterminés à faire grandir le bébé avec vous. Répondrez-vous présents ?

Q.

QUITOU.com

 

 

QUITOU.com

Vingt ans de cheminement avec le vin, puis QUITOU.com

sol des graves de bordeaux

© V. Roelandt –  Graves de Bordeaux

QUITOU.com est sur la rampe de lancement

Quelle est son origine ? Quels objectifs poursuit-il ? C’est à ces questions que répond ce billet, qui vous permettra de faire connaissance avec l’esprit qui anime notre projet.

Certains domaines nous paraissent plus hermétiques que d’autres, réservés aux seuls initiés, inaccessibles par leur apparente complexité, intimidants parfois par l’image que les professionnels en donnent…

On se surprend à les approcher, sans réellement parvenir à les comprendre. Par manque de temps, de moyens, de compétences… Pas forcément par manque d’envie.

Le monde du vin et de la dégustation appartient à ces milieux-là. C’est un constat, pas une fatalité.

Face aux initiatives destinées à le rendre plus accessible, il résiste avec une redoutable efficacité.

Deguster le vin

© V. Roelandt

Nous restons démunis, souvent contraints d’accepter notre dépendance vis-à-vis de ceux qui associent dans le domaine connaissances et compétences.

Les experts se placent souvent face à nous, plus rarement avec nous.

Les reflets d’un parcours personnel

Comme beaucoup, j’ai longtemps cherché le chemin qui m’amènerait jusqu’au vin. Découvrir, comprendre, connaître, mieux en parler, associer aux mets, partager, acheter autrement… Les envies étaient multiples mais j’ignorais par où commencer. L’envie de voyage dans les vignes me tenaillait mais je n’osais y aller, par manque de confiance, de mots pour nourrir l’échange. Le vignoble m’appelait… Une jungle impénétrable, observant mon incompétence avec un sourire narquois. C’est l’image que j’en avais. Vingt ans plus tard, où pensez-vous que j’aimerais me trouver, au quotidien ?

vignoble d'alsace en hiver

© V. Roelandt

Une conviction s’est toutefois rapidement imposée, celle de souhaiter suivre mon propre chemin pour aller à la rencontre du vin à ma manière, à mon rythme, là où je souhaitais me trouver, au gré des rencontres et partages… Sans fausse assurance, avec humilité mais en confiance et sans complexes. J’étais prêt pour le voyage, sans possibilité d’imaginer jusqu’où il m’emmènerait… A ce moment déjà, en coulisses non exprimées, QUITOU.com était à sa source.

Aujourd’hui je réalise le chemin parcouru avec un plaisir intense, partagé avec tous ceux qui m’accordent leur confiance en me permettant de les accompagner dans cette fascinante exploration, tout en réalisant qu’en la matière, de nouveaux horizons se profilent sans cesse, de nouvelles connaissances émergeant chaque jour. L’humilité est plus que jamais de mise, de même que le retrait devant la force de travail du vigneron.

A vous qui ressentez ou avez un jour ressenti cette envie, je soumets cette conviction : « Tant que le vin est considéré comme un simple produit de consommation, à analyser, décrypter, la route vers sa compréhension reste nébuleuse, sans réelles perspectives.

Dès qu’il est envisagé comme une expérience à vivre, sensorielle, hédoniste, orientée vers l’acquisition de compétences davantage que vers la performance, les horizons d’un fascinant univers s’ouvrent à nous. Il ne reste plus alors qu’à en entrouvrir les portes. Et l’aventure peut commencer… ».

Comment s’y prendre…

Remplir un verre de vin et tenter d’écouter ce qu’il nous raconte ? Quelles sont les clefs de cette compréhension ?

cepage chardonnay

© V. Roelandt – cépage chardonnay

Étudier la vigne et la vinification pour mieux « lire » le vin ? Suivre des cours d’œnologie et d’initiation à la dégustation ?

Ces approches-là ont fait leurs preuves; elles suivent toutefois davantage une logique de transmission de savoirs qu’une réelle appropriation de compétences. Parfois même, elles ne laissent pas vraiment place à ce que beaucoup d’entre nous recherchent avant tout : le plaisir, le voyage épicurien, la stimulation de nos sens, si souvent oubliés, la découverte par le vécu, le concret, l’expérimentation, l’apprentissage par essai-erreur…

Aller à la rencontre des vignerons, des œnologues, des journalistes ou critiques spécialisés ? Les écouter développe nos connaissances. Pas nos compétences. Et nous restons trop souvent dépendants des sources d’expertise, sans possibilité d’agir. Le désarroi est là, partout, dans les rayons, au restaurant, dans la cave, au moment de choisir le vin, à table devant la maîtrise affichée par celui qui fait l’étalage de ses apparentes connaissances … …

Comme souvent, la solution réside sans doute dans une harmonieuse combinaison de tous ces chemins… Il faut du temps ? Des moyens ?

Peut-être pas tant que nous l’imaginons. C’est la conviction sur laquelle s’appuie QUITOU.com

limpidité vin rouge

© V. Roelandt

Et puis, surtout, se sentir accompagné, professionnellement mais simplement.

Non pas pour nous entendre dire ce que nous devons boire ou acheter, ni à quel moment…

Non pas pour nous dicter les normes des contextes de dégustation, les règles immuables des accords gourmands, les dogmes qu’il ne faut surtout pas transgresser…

Non pas pour se sentir contraint de systématiquement parcourir les sentiers de vignes comme il est d’usage de le faire, même si ce voyage-là, associé à la rencontre avec les acteurs du terrain, reste l’élément majeur de notre évolution.

Envisageons les choses de manière inhabituelle

L’idée est de rendre chacun acteur de son apprentissage, de permettre à tous ceux qui le souhaitent d’orienter leur propre voyage avec le vin, en suivant leurs envies et leur rythme, avec méthode, simplicité, en ayant les moyens d’évaluer l’évolution de leurs acquis. Aucun programme imposé mais la possibilité pour chacun de faire connaissance avec le vin par le biais de ses propres centres d’intérêt. Il y a tant de pistes à explorer. En déterminer un ordre codifié ? Ne comptez pas sur moi. Vous allez orienter votre parcours.

Ce chemin-là, s’il paraît indispensable de le démystifier en le rendant accessible à tous, il est tout aussi clair qu’il ne peut se parcourir sans accompagnement.

De nombreux acteurs se pressent aux bords de notre verre encore vide…

D’un côté, il y a ceux qui font le vin et ceux qui en parlent, ceux qui le dégustent et ceux qui l’enseignent. De l’autre, il y a tous ceux qui souhaitent pénétrer ce monde apparemment fermé et se laisser surprendre par ce qu’il peut leur offrir. Malgré de nombreuses et louables initiatives, cette faille reste béante. Un comble pour un « produit » dont la vocation originelle est le partage.

montagne de corton - bourgogne

© V. Roelandt – Pernand Vergelesses et la montagne de Corton

La découverte du vin, des hommes, des terroirs, des cépages et de la dégustation vous attend, vous qui avez compris que s’intéresser à ce merveilleux produit culturel, c’est déjà envisager la vie sous des abords tellement plus aimables… Vous accompagner dans ce voyage peut se résumer en un mot : plaisir… Le plaisir d’apprendre sérieusement, sans se prendre au sérieux et sans complexes, en utilisant un vocabulaire accessible qui rassemble et rapproche les amateurs de vin.

C’est à ce plaisir, à partager, que le concept « QUITOU.com » va vous inviter dans les prochaines semaines. Serez-vous présents au rendez-vous?

Q.

QUITOU.com